FR / EN / DE

Articles de presse

www.cath.ch – 22 août 2015

Finale en beauté du Concours international pour Orgue de St-Maurice
St-Maurice, 23.08.2015 (cath.ch-apic) Alors que 44 candidats provenant de 14 nationalités se sont inscrits au Concours international pour Orgue de St-Maurice, et que 29 ont concouru par un concert préliminaire, ce sont trois finalistes résidant en France qui ont remporté les prix. Pour cette année du 1500e anniversaire de l'Abbaye, les candidats devaient inclure dans leur programme la Toccata Mauritiana spécialement composée par Peter Planyavsky, ancien titulaire des orgues de la cathédrale St-Etienne de Vienne et membre du Jury.

Pour sa 8e édition, le concours de St-Maurice s'est déroulé en plusieurs lieux : d'abord à l'église St-François à Lausanne où les concurrents ont pu donner successivement cet été 29 concerts servant d'épreuve préliminaire. Ensuite 8 semi-finalistes ont joué à l'église St-Sigismond de St-Maurice le jeudi 20 août. Puis la finale s'est déroulée le samedi 22 août à la Basilique agaunoise.
Le choix de St-François à Lausanne n'était pas fortuit puisque le concours est patronné par la Fondation Cramer, du nom de l'ancien titulaire Georges Cramer (1909-1981) qui fut aussi professeur du chanoine Georges Athanasiadès, créateur du concours. Et comme l'illustre organiste de l'Abbaye était retenu pour raison de santé, c'est l'actuel organiste de St-François, Benjamin Righetti, qui a présidé le jury international.

Le premier prix de 10'000 francs offert par l'Etat du Valais est revenu, au terme des « écoutes à l'aveugle » à Thomas Kientz, qui, après s'être formé à Strasbourg, a poursuivi ses études à Paris. Louis-Noël Bestion de Camboulas a reçu le 2e prix de 6000 fr. constitué par la Ville de St-Maurice. Quant à Madame Kumi Choi, originaire de Corée du Sud, elle a obtenu le 3e prix (4000 fr. de la Fondation Seymour-Obermer) mais aussi le Prix spécial (2000 fr. de la Fondation Cramer) pour l'exécution de la Toccata Mauritiana.

La Toccata, inspirée par la musique liturgique de l'Abbaye, constituera une référence musicale de plus pour l'Année jubilaire du 1500e. L'œuvre rejoint l'objectif permanent du Concours international pour Orgue qui est de « contribuer au rayonnement spirituel et culturel de la Basilique »
André Kolly


LE NOUVELLISTE, SION – 22 août 2011

Un jury à la recherche de l’expression musicale parfaite
… Pour parer tout conditionnement de l’esprit en vue de la décision du Jury, on avait misé sur un groupe hétérogène. Trois générations d’origines et de professions très différentes s’y côtoient. De l’Ukraine, avec un ancien «premier prix du Concours», à l’Italie, l’Europe était bien représentée. Malgré leur amour pour la musique, les sept membres ne sont pas tous experts dans le milieu organistique. Pierre-Yves Tribolet, responsable du département classique à l’Union Européenne de Radiotélévision, tient un rôle tout aussi important que ses collègues. «Mon oreille se porte sur des détails différents. Le jury se plonge alors dans une vraie réflexion de fond. Et malgé notre composition hétéroclite, nous sommes souvent unanimes.»

LE NOUVELLISTE, SION – 24 août 2009

Virtuosité aux claviers
Après une semaine d’épreuves qui a vu 19 candidats de onze nationalités différentes rivaliser de talent et de virtuosité, le Concours International pour Orgue de Saint-Maurice 2009 s’est achevé samedi avec la proclamation du palmarès. Le jury a décerné le premier prix (10'000 CHF) offert par l’Etat du Valais à Daniel Beckmann.

Daniel Beckmann hat dem Wettbewerb einen Brief zukommen lassen, aus welchem wir folgendes zitieren :
«Nun liegt der Orgelwettbewerb in Saint-Maurice schon einige Zeit zurück, und ich möchte mich auf diesem Wege noch einmal ganz herzlich für die freundliche Aufnahme, die wunderbare Atmosphäre, die netten Gespräche, die professionnelle Gesamtabwicklung und natürlich den ersten Preis bedanken. … Dem Preis in Saint-Maurice habe ich es vielleicht auch zu verdanken, dass ich im Vorstellungsverfahren um die Domorganistenstelle am Hohen Dom zu Mainz nachrücken durfte, nachdem ich zunächst eine Absage wegen meines noch sehr jugendlichen Alters bekommen hatte. Das Vorspiel ist gut gelaufen und ich wurde ganz aktuell dorthin mit Wirkung zum 1.5.2010 berufen.»

VEVEY-HEBDO – 31 août 2007

Premier prix au Hongrois Balàzs Szabo
Le 4e Concours International d’Orgue de Saint-Maurice s’est déroulé du jeudi 16 au dimanche 26 août, en la Basilique de la célèbre Abbaye et dans l’église Saint-Sigismond, avec concert final le dimanche 26. Rappelons que cette compétition prestigieuse a lieu tous les deux ans en souvenir de l’éminent organiste Georges Cramer (1909–1981). Elle a été créée en 2001 sur l’initiative du chanoine Georges Athanasiadès, organiste titulaire de la Basilique, qui avait été le brillant élève et disciple du disparu.

24HEURES, RIVIERA CHABLAIS – 30 août 2005

Une jeune Slovaque remporte tout
L’organiste slovaque Bernadetta Sunavska a survolé la 3e édition du Concours International d’Orgue de Saint-Maurice, en remportant le 1er prix et un prix spécial pour la meilleure interprétation d’Olivier Messiaen. Le public est venu très nombreux dimanche à la Basilique…

VEVEY-HEBDO – 12 septembre 2003

Une révélation de Varsovie
Le 2e Concours International d’Orgue de Saint-Maurice s’est terminé le dimanche 24 août par l’épreuve finale à laquelle trois candidats à l’honneur suprême prenaient part en la Basilique. Il a révélé à un public ébloui un jeune Polonais d’origine ukrainienne, Rostislaw  Wygranienko, un prodige de 24 ans, organiste, pianiste et musicologue, déjà lauréat de plusieurs concours internationaux. Un artiste promis à la plus belle des carrières, justement proclamé premier prix à l’issue d’une compétition de très haut niveau.

LA PRESSE RIVIERA/CHABLAIS – 27 février 2001

L’orgue porté à son plus haut niveau
Festivals et concours musicaux se succèdent tout au long de l’été. Sous l’impulsion du chanoine Georges Athanasiadès, Saint-Maurice accueillera en Août 2001, la première édition d’un concours qui affiche une exigence et des ambitions de très haut niveau.

CONSTRUIRE – 7 août 2001

VIRTUOSES en concours
Les jeunes organistes professionnels ont peu d’occasions de confronter leurs talents et de les soumettre à l’appréciation d’un jury. On ne leur propose, en général, que deux ou trois concours dans l’année.
Le Valais n’aurait pu rêver d’organiser une Compétition de si haut niveau sans l’engagement et la notoriété de Georges Athanasiadès, un concertiste aussi apprécié aux Etats-Unis et au Japon qu’en Europe.